La société GDE

GDE est le deuxième exploitant français de métaux de récupération. Son siège est établi à Rocquancourt, où est aussi situé son centre de retraitement des déchets. Possédant de gros broyeurs, (6000 CV) elle émet dans ses installations des rejets qui ont obligés certaines DREAL à leur appliquer les normes de rejet des incinérateurs, alors que ces broyeurs ne sont pas équipés de système de traitement des effluents gazeux.

Elle est régulièrement mise en cause pour non respect des arrêtés d’autorisation (broyage de véhicules sans dépollution ni démontage, de matériaux interdits, rejets gazeux).

La commission d’Enquête de Nonant le Pin a pu constater de visu, lors de son déplacement programmé à Rocquancourt la véracité de ces propos, c’est une des raisons du refus motivé de cette Commission d’Enquête.

Les actionnaires de GDE sont condamnés dans le cadre de l’affaire Trafigura (21 morts en Côte d’Ivoire suite au déversement de déchets toxiques et de celle de Versainville – Calvados, pour le dépôt illégal de 150 000 tonnes de déchets dans la nature.

UN PEU D’HISTORIQUE SUR LA SOCIETE GDE, POUR SITUER LE CONTEXTE DU PROJET:

  • Fin 2006, l’histoire commence lorsque les habitants de Nonant le Pin découvrent, 3 semaines avant l’ouverture de l’enquête publique, l’existence du projet GDE tout près de leur bourg. Cette enquête préliminaire donnera des conclusions négatives en 2007, année de la création de Nonant Environnement.
  • En parallèle à cela, la DRIRE confirme le stockage sauvage de métaux et d’hydrocarbures à Falaise (à 50 kms de Nonant), fin 2008! A voir en CLIQUANT ICI et EGALEMENT ICI!
    Yann Artus Bertrand, photographe de renom, spécialiste de la Terre vue du ciel, est entré dans le débat aux côtés de Nonant Environnement en novembre 2009, pour s’opposer au projet. Cliquer ICI pour lire les arguments qu’il fait valoir.
  • En 2010, le projet est rejeté par le préfet de l’Orne, M. Bertrand Maréchaux, qui invoque « des risques avérés de pollution des eaux superficielles; un impact négatif sur la filière équine; une atteinte au patrimoine naturel, culturel et historique environnant, et notamment aux projets de portée internationale du Haras du Pin; le fait que la société GDE n’a pas les moyens juridiques de payer les sommes promises aux collectivités ». A LIRE ICI
  • L’affaire s’achemine vers le Tribunal Administratif de Caen qui prendra une décision surprenante et choquante en 2011, celle d’autoriser le début des travaux, en dépit du refus du préfet. Les arrêtés de prescription sont rédigés juste avant le départ du préfet, qui se voit muté. Il n’obtiendra pas l’autorisation de faire appel de cette décision, auprès du ministre de l’Ecologie, Nathalie Koziusko Morizet.
  • Pour être dirigé vers les éléments juridiques de l’affaire, CLIQUER ICI

EN SAVOIR PLUS SUR QUELQUES UNS DES SITES GDE EXISTANTS EN FRANCE:

  • Voilà deux ans que le site de Limay dans les Yvelines a accueilli un broyeur à métaux: les images en cliquant ICI
  • Un feu s’est propagé récemment dans les locaux de GDE à Limay, le 30 août 2012. Lire l’article ICI
  • Et voici des images videos obtenues par le biais du site de Nature Patrimoine Centre Bretagne, du broyeur GDE de Montoir de Bretagne CLIQUER ICI pour les visionner; âmes sensibles s’abstenir…
  • Enfin, de récentes craintes liées au démantèlement d’une importante exploitation maraîchère et de grandes cultures dans le Calvados, non loin du siège de GDE. En effet, le mastodonte du traitement des déchets, serait en pôle position pour le rachat.Lire ICI l’article de l’Agriculteur Normand à ce sujet.

SOCIETE CIVILE: LES OPPOSANTS A GDE, AVANT ET APRES IMPLANTATION:

De manière générale, l’Association « Action Citoyenne contre l’implantation d’une décharge », qui a pour but de s’opposer à l’implantation d’un Centre de Stockage de Déchets Ultimes ou à tout autre type de décharge ou de stockages contrôlés, et  le site de l’Observatoire Régional de l’Ecologie, de l’Environnement et de l »Aménagement du Territoire (OREEAT) sont riches d’enseignements:

http://accid.over-blog.com/ et http://oreeat.viabloga.com/

GDE a déjà tenté d’implanter ce même projet de méga décharge de refus de broyages automobiles à Plouray en Bretagne. Une association locale Nature et Patrimoine Centre Bretagne, s’y est opposée et a obtenu gain de cause! Pour de plus amples renseignements: http://www.npcb.info/

Il en a été de même à Guéméné-Penfao, également en Bretagne. Retrouvez des détails sur le site de l’Association de Refus des Déchets Industriels pour le Maintien de l’Environnement et de l’Agriculture à Guémené-Penfao en Bretagne (ARDIMEA): http://ardimea.over-blog.com/

Enfin, dans les cas où GDE est déjà implanté, ce sont des associations de riverains excédés qui prennent le relais. Voir les deux exemples les plus frappants, celui de Rocquancourt (siège normand de GDE, dans le Calvados) et de Limay dans les Yvelines:

http://www.areu.asso1901.com/: Association Rocquancourt Environnement et Urbanisme

http://respirezcestlimay.over-blog.com/: le blog des riverains excédés par les nuisances générées par l’usine GDE de Limay