Les retombées polluantes

Estimation des retombées de particules du site d’enfouissement de RB, RBA de Nonant-le-Pin

sur les cours d’eau avoisinants (pour ne pas parler des risques pour la santé des populations)

conduite par M. Nicolas Foureau, hydrologue

 

Atlas éolien du département de l’Orne à 60 m -Direction Départementale des Territoires de l’Orne

Localisation du site du Plessis

 

A 60 m l’intensité des vents est en moyenne de 6,5 m/s, intensité qui permet le transport de particules (poussières) et même de papier, selon l’échelle de Beaufort présentée ci-dessous (extrait).

L’intensité moyenne de 6,5 m/s est la vitesse du vent à 60 m. Cette intensité étant une moyenne, on peut aisément supposer des vents plus violents avec rafales, et des intensités supérieures à 7 m/s au sol.

Les poussières soulevées par le vent parcourent des dizaines voire des centaines de kilomètres? Dans le cas de l’estimation des retombées de particules du site GDE à Nonant-le-Pin ouvert à tous les vents, nous nous arrêterons à un périmètre réduit, susceptible de recueillir le maximum de pollution éolienne.
Carte du périmètre des retombées de poussières, des principaux cours d’eau et des bassins versants:

Ce périmètre (défini arbitrairement selon nos propres estimations – intensité et sens du vent moyens) s’étend du site d’enfouissement vers l’Est à 10 kilomètres, pour un panache du Nord au Sud de 8 kilomètres.

Au Nord de ce périmètre nous retrouvons le bassin versant concerné par le site d’implantation de l’enfouissement de déchets et notifié dans l’étude d’impact, à savoir le sous bassin versant de la rivière la Dieuge, affluent de la rivière l’Ure et la Cochère, elle-même affluent du fleuve l’Orne au niveau d’Argentan.

Au Sud de cette zone de retombées de poussières se trouve le bassin versant de la rivière le Don, affluent au niveau d’Alménèches du fleuve l’Orne.

A l’échelle du périmètre défini (8 x 10 km) les retombées polluantes se trouveraient transportées vers l’Orne en deux points différents, ce qui multiplierait la pollution.

Si on extrapole à une plus large échelle ce périmètre des retombées polluantes, nous retrouvons à l’Est le bassin versant de la rivière La Risle, s’écoulant vers l’Est et le Pays d’Ouche, avant de se jeter plus au Nord dans la Seine.

Pour finir au Nord-Est de ce périmètre, le bassin versant du fleuve Touques s’écoule vers le Nord.

La dispersion des polluants par voie aérienne aurait des retombées néfastes sur les cours d’eaux affluents de l’Orne. Ces poussières chargées en métaux lourd, hydrocarbures et autres produits micro-polluants risquent de sédimenter dans ces cours d’eau ou d’être ingérées par la faune aquatique et par effet de bio-accumulation pourraient se retrouver en bout de chaîne dans l’organisme des populations locales.

Il n’est pas exagéré d’étendre ce problème aux cours d’eau s’écoulant vers le Nord et l’Est, augmentant ainsi les zones contaminées.